Reportages & articles

Vous êtes ici

      • Lieu historique national du Canada du Chantier A.C. Davie : L'envers du décor maritime au XIXe siècle!

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez nos promotions X

Lieu historique national du Canada du Chantier A.C. Davie : L'envers du décor maritime au XIXe siècle!

Découvrez l'histoire d'alliance et d'amour ayant donné naissance au chantier maritime A.C. Davie! C'est un récit des plus passionnants que de connaître l'évolution de ce chantier qui a réparé et construit plus de 1 000 navires au XIXe siècle!

A.C. Davie  A.C. Davie

Mes 3 Coups de coeur au Chantier A.C. Davie :

  • Découvrir les vestiges du premier plan de halage au Canada;
  • Expérimenter mes théories en montant moi-même le bateau sur les rails de la maquette du plan de halage;
  • Être étonnée face à un casque de scaphandrier de 50 Lbs.


Le Chantier A.C. Davie possède le premier plan de halage de son type construit au Canada et en Amérique du Nord. Des vestiges des installations sont d'ailleurs encore présents sur le site. Cette invention écossaise, révolutionnaire à l'époque, a été apportée à Lévis par Allison Davie qui a établi le chantier en 1829 avec son beau-père, Georges Taylor. Pour connaître l'histoire d'amour qui mena Allison Davie à marier la fille de Georges Taylor et à se lancer avec lui en affaire, vous devrez le découvrir durant la visite!

C'est à travers une visite interactive et ludique que vous saurez aussi pourquoi Lévis était l'emplacement idéal pour l'établissement de ce chantier! Afin de réparer les bateaux, ces derniers devaient être hors de l'eau. Comment cela se faisait-il? C'est exactement ce que vous découvrirez grâce à une maquette que vous pourrez vous-même actionner!

Vous pourrez également visionner une vidéo interactive qui vous montrera comment les navires étaient calfatés, afin que l'eau ne pénètre pas par la coque. À l'époque, il y avait plus que le chantier en soi et l'équipe du Chantier A.C. Davie allait même secourir des bateaux jusqu'à Terre-Neuve! Le scaphandrier, portant un costume de 200Lbs, devait rester sous l'eau jusqu'à ce qu'il ait fini les réparations. N'ayant aucune lumière sous l'eau, l'homme devait faire le travail à tâtons. C'est tout de même remarquable, comme emploi au quotidien!

Et vous, auriez-vous le courage d'être scaphandrier?

Roseline Houle
Les 3 Coups de coeur de Roseline pour les 19 Plaisirs Culturels

Toutes les actualités & reportages