Reportages & articles

Vous êtes ici

      • LA BIENNALE DE SCULPTURE DE SAINT-JEAN-PORT-JOLI ET L'INSTITUT CULTUREL AVATAQ PRÉSENTENT Anirniq, le nordet déboussolé

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez nos promotions X

LA BIENNALE DE SCULPTURE DE SAINT-JEAN-PORT-JOLI ET L'INSTITUT CULTUREL AVATAQ PRÉSENTENT Anirniq, le nordet déboussolé

Sous le thème Anirniq, le nordet déboussolé, le cœur de La Biennale de sculpture de Saint-Jean-Port-Joli battra son plein dans le parc des Trois-Bérets du jeudi 21 au dimanche 24 juillet 2016.

Anirniq, c'est l'esprit et le souffle du Nord. Et déboussolé, dans le sens de perdre ses repères artistiques et culturels. Bref, en juillet prochain, le vent du nordet[1] balayera Saint-Jean-Port-Joli à en rendre folles les boussoles!

Sur invitation des commissaires Beatrice Deer de l'Institut culturel Avataq et Michel Saulnier du conseil d'administration de La Biennale, sept duos composés d'un artiste inuit du Nunavik et d'un artiste lié à Saint-Jean-Port-Joli co-créeront chacun une œuvre.

L'esprit d'ouverture, le dialogue interculturel Nord/Sud, l'intuition créatrice et la maîtrise du métier formeront l'amalgame d'une alchimie inédite. Le nordet de cet été apportera un vent de fraîcheur sur la communauté artistique de la région de Saint-Jean-Port-Joli.

La programmation

La Biennale de sculpture de Saint-Jean-Port-Joli en coproduction avec l'Institut culturel AVATAQ ouvrira le 15 juillet prochain avec l'exposition Sculptures présentant des pièces choisies de l'artiste inuit Lucassie Echalook et une installation de céramique et de chants de gorges inuits, œuvre de l'artiste Marie Côté.

Dès le 21 juillet, les duos d'artistes qui auront déjà entamé leur création dans l'intimité des ateliers disséminés dans différents lieux du village, se transporteront dans le parc de sculptures des Trois-Bérets situé sur la rive du fleuve. Les visiteurs seront invités à se procurer un  macaron de bois pour avoir accès à toutes les activités du week-end qui animeront le site et favoriseront la rencontre des deux cultures : tables rondes, visites guidées, spectacles de musique par des artistes du Nunavik et du Québec, marches immersives et créatives, marché des artisans et bien plus. 

Les duos de co-création

Lucassie Echalook, doyen de La Biennale 2016, sera jumelé à Bernard Paquet, chaudronnier du laiton. Les œuvres de Lucassie sont acquises par des amateurs d'art et  de prestigieux musées à travers le monde. L'artiste chasse encore pour nourrir sa famille installée à Inukjuak. De son côté, Bernard réalisait en 2015 une œuvre d'intégration pour Lucassie dans le cadre de la Politique d'intégration des arts à l'architecture, et ce, à partir d'une sculpture sur pierre apportée au Sud par l'architecte du projet. Bernard n'avait alors jamais été mis en contact avec l'artiste inuit. Cet été, Bernard et Lucassie se rencontreront pour la première à fois, à Saint-Jean-Port-Joli, et travailleront cette fois-ci, ensemble.

Les artistes choisis au Sud sont parfois assez proches du métier. Il s'agit d'une demande des gens du Nord. Certains veulent chaudronner le métal et explorer le grand format. Mattiusi Iyaituk d'Ivujivik fait un travail de taille directe et d'assemblage très personnel, privilégiant l'imagination et la mixité de matériaux. Il sera jumelé à la forge avec l'artisan Étienne Guay, lui-même fils de forgeron. Étienne s'inspire de la nature environnante et des matériaux parfois recyclés qu'il y trouve pour réaliser des œuvres personnelles ou pour le 1 %.

D'autres veulent travailler le bois, un matériau assez absent au Nunavik. Dans cet esprit, Denys Heppell, un artisan traditionnel avec plus de 50 ans de pratique, sera jumelé à la jeune artiste Charleen Watt de Kuujjuaq très intéressée par la sculpture animalière aux formes simplifiées parfois ajourées.

Plusieurs artistes du Nunavik travaillent les textiles et d'autres fabriquent des bijoux avec des os et des fanons de baleine, de l'ivoire de morse ou de l'andouiller de caribou. Nos choix sont aussi en accord avec ces métiers d'art, tout en débordant cette notion. Le duo de Julie Simoneau, sculpteure-textile, et d'Anna Ohaituk d'Inukjuak, une experte en vannerie inuite, couseuse reconnue et surtout professeure de culture traditionnelle, est un bel exemple en ce sens. Il y a aussi Judith Dubord, artiste du verre et céramiste qui sera jumelée à Julie Grenier originaire de Kuujjuaq et particulièrement fascinée par le travail des perles de verre colorées et la confection de vêtements traditionnels inuits.

L'écosculpteur Alain Cadieux fait des cueillettes pour ses assemblages dans l'anse à proximité de son chalet-atelier de Saint-Jean-Port-Joli. Il sera jumelé à Mary Paningajak Alaku d'Ivujivik qui elle aussi recycle, en réinventant les arts graphiques inuits.

Enfin, Jean-Pierre Morin, sculpteur réputé pour ses œuvres d'art public, sera jumelé à Jusipi Kulula, un sculpteur de Quaqtaq passionné pour la sculpture de grand format. Il compte à son actif deux œuvres d'intégration à l'architecture au Nunavik. Ce duo sera installé, pour le temps du travail en atelier, à Est-Nord-Est, résidence d'artistes. Est-Nord-Est concentre ses activités en art actuel, mais se situe encore aujourd'hui sur le site de l'ancienne école de sculpture, ce lieu mythique où le jeune Jean-Pierre Morin a appris son métier.

À propos d'Avataq

Créé en 1980, l'Institut culturel AVATAQ assure la protection et le rayonnement de la langue et la culture des Nunavimmiuts (Inuits du Nunavik). Il est le seul organisme inuit canadien dont le mandat vise la préservation de la langue inuite ainsi que la conservation, la diffusion et la mise en valeur d'œuvres d'art, de collections d'archives (historiques et contemporaines) documentaires, photographiques et audiovisuelles, des collections archéologiques et de culture matérielle.

À propos de La Biennale de sculpture de Saint-Jean-Port-Joli

La Biennale de sculpture de Saint-Jean-Port-Joli existe sous sa dénomination actuelle depuis 2009 et trois événements se sont déroulés depuis. Le conseil d'administration 2016 est composé de François Garon, Marie-Claude Gamache, Michel Saulnier, Christiane Hardy, Robert Gaudreau, Marie Anne Lemay et Anny Morin. La Biennale de sculpture de Saint-Jean-Port-Joli est un lieu de rencontre pour la population, les touristes culturels, les amateurs d'art et les acteurs du monde artistique. Elle s'articule autour de la cohabitation et de la collaboration entre des artistes dont les techniques et les thèmes sont fortement liés à une tradition établie et des artistes en art contemporain.

La Biennale de sculpture remercie ses partenaires majeurs : La municipalité de Saint-Jean-Port-Joli, Patrimoine canadien, le Conseil des arts et des lettres du Québec, Culture et communication Québec, l'Unité régionale de loisir et de sport de Chaudière-Appalaches, Desjardins, Plastiques Gagnon, Richard Dubreuil CPA et le Musée de la mémoire vivante.

Toutes les actualités & reportages