Reportages & articles

Vous êtes ici

      • Cette semaine dans nos villages : Saint-Joseph-de-Beauce, 275 ans d'histoire!

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez nos promotions X

Cette semaine dans nos villages : Saint-Joseph-de-Beauce, 275 ans d'histoire!

Bienvenue à Saint-Joseph-de-Beauce!

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue à Saint-Jospeh-de-Beauce

Secteur touristique : Beauce

Population: 4525

En 2012, Saint-Joseph fête 275 ans d'histoire. La Ville doit son nom à Joseph Fleury de la Gorgendière, premier seigneur du lieu et fondateur de la Beauce. De la halte touristique, offrez vous une vue imprenable de la ville et des premières terres concédées, sur la rive ouest de la Chaudière. Près du pont, une croix marque l'emplacement de la première chapelle en Beauce. Voyez aussi le site enchanteur du premier moulin, au camping. À chaque printemps, la plaine inondée reflète magnifiquement l'image de la ville, de son palais de justice et des édifices historiques classés du plus bel ensemble institutionnel du Québec : l'église, le presbytère, l'orphelinat, l'école Lambert et le couvent, devenu Maison de la culture. Parcourez à pied nos rues et découvrez l'architecture ancienne bien conservée. Pour voir la célèbre rivière Chaudière de près, prenez un bain de nature en empruntant le sentier pédestre du parc municipal.

Principaux attraits:

Histoire
(1736-1857) Un petit village agricole

Le 23 septembre 1736, la seigneurie de Saint-Joseph qui s'étend des 2 côtés de la rivière Chaudière est d'abord concédée à François-Pierre Rigaud de Vaudreuil (1703-1779), capitaine de la marine. Son beau-père Joseph Fleury de la Gorgendière (1676-1755), agent de la Compagnie des Indes occidentales et riche négociant de la place Royale, lui échange le 8 décembre 1737 cette seigneurie à développer contre la sienne.

Véritable fondateur de la Nouvelle-Beauce et promoteur de sa colonisation, de la Gorgendière dote rapidement sa seigneurie de Saint-Joseph des infrastructures propres à y attirer les colons et à desservir aussi les seigneuries de ses deux gendres qu'il établit à Sainte-Marie et à Saint-François. Le 17 décembre 1737, sur la rive ouest de la Chaudière, il fait borner son domaine seigneurial et les premières terres qu'il concède. Suivront en 1738 les constructions d'un moulin seigneurial à scie et à farine sur la rivière des Fermes (ruines visibles aux chutes du parc et camping municipal de Saint-Joseph), du manoir seigneurial et d'une chapelle en zone inondable sur le bord de la Chaudière (une croix lumineuse en indique l'emplacement au sud du pont de fer de 1908). Puis, c'est l'arrivée des premiers colons et du missionnaire. Saint-Joseph devient la première paroisse catholique de la Beauce, désignée comme la seigneurie du nom du saint patron du seigneur. L'agriculture et l'élevage sont la base de l'économie. La colonisation de la Nouvelle-Beauce s'avère un succès d'occupation et de développement de la partie sud de la Nouvelle-France qui autrement serait passée aux mains de la Nouvelle-Angleterre avant la Conquête de 1760 par les Britanniques. En 1762, la paroisse compte 436 âmes.

Les 23 février 1758 et 14 juin 1764, en deux temps, la fabrique procède à l'achat d'une terre située sur la rive est de la Chaudière pour y bâtir une nouvelle église-presbytère sur une terrasse au pied du coteau, désormais à l'abri des inondations. Un petit village agricole, se développera très lentement autour de ce noyau.

En 1775, les habitants de Saint-Joseph aident Benedict Arnold et ses troupes lors de leur passage pour aller attaquer Québec : une façon de se venger de l'armée britannique qui a pillé et incendié les fermes de leurs parents de la Côte de Beaupré, lors de la Conquête de 1760. En 1790, 813 habitants peuplent la paroisse. Le chemin Royal en bordure de la rivière avec ses maisons de ferme n'est à l'époque qu'un rang de colonisation qui deviendra une route internationale en 1830. Encore à ce moment-là, le village n'est qu'un hameau qui regroupe autour de l'église une dizaine de maisons, magasins, auberges, boutiques et bureau du notaire, même si la population de la paroisse atteint pourtant 2 000 âmes. La paroisse sera érigée canoniquement le 4 septembre 1835 et civilement le 2 novembre 1842. Le territoire de la paroisse de Saint-Joseph sera ensuite reconnu une première fois comme entité municipale en 1845 et deviendra la Municipalité de la paroisse de Saint-Joseph le 1er juillet 1855.

Programmation du 275e

Bonne visite en Beauce!

Sarah Moore

Toutes les actualités & reportages