Reportages & articles

Vous êtes ici

      • Les motos, elle connaît ça! Kawasaki 500 Mach III, le plaisir à tout prix!

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez nos promotions X

Les motos, elle connaît ça! Kawasaki 500 Mach III, le plaisir à tout prix!

Dévoilée à l'automne 1968, la 500 Mach III fit immédiatement sensation garantissant un été 1969 des plus chauds.

Par Claire MARTIN, www.epopeedelamoto.com

Dévoilée à l'automne 1968, la 500 Mach III fit immédiatement sensation garantissant un été 1969 des plus chauds. Cette machine innovante, sans compromis à la personnalité exubérante reflète parfaitement l'atmosphère délirante de son époque où la recherche du plaisir et l'absence de limites passent avant tout.

Dès sa sortie à la fin de l'année 1968, la Kawasaki Mach III, également appelée H1, laisse la concurrence sur place. Les caractéristiques de la machine sont impressionnantes. Kawasaki frappe un grand coup et enfonce le clou avec une campagne publicitaire sans équivoque : « Le tout nouveau 3 cylindres bourré de dynamite », « construit pour laisser sur place les meilleurs ». En effet l'architecture innovante du moteur 3 cylindres 2 temps fait de la machine un engin aux performances époustouflantes et au tempérament de feu. Ses 60 chevaux libérés pulvérisent les 400 mètres Départ Arrêté en 12,4s et la propulsent à une vitesse de l'ordre de 200km/h. Cette première mouture est sans compromis et ne pardonne pas beaucoup. En Europe on la surnomme rapidement « la faiseuse de veuves ». Précisons qu'à cette époque, le casque n'est pas obligatoire en France et lors d'un accident, la chute est souvent fatale. Il faut dire que la partie cycle classique, le cadre double berceau et les freins notoirement sous dimensionnés ne sont pas à la hauteur des performances du moteur. La répartition des poids plutôt sur l'arrière (57%) lui donne une dangereuse tendance au wheeling. Ainsi nombre de préparateurs (Egli, Godier Genou, Martin, Harris, Offenstadt, Gorki, PLT, Menani, Rickman) ont par la suite trouvé la solution en remontant le moteur dans des parties cycle compétition, comme le précise Patrick Caralp spécialiste du modèle. Si elle a les qualités du moteur 2-temps, la 500 Mach III en a également tout les défauts, une consommation débridée, une garde au sol aléatoire, un confort minimum, des vibrations impressionnantes, un bruit assourdissant, une santé fragile et une fâcheuse tendance à fumer au moindre coup de gaz. Autant de caractéristiques qui s'atténuent pour en faire une machine à peu près domptées au fil des ans et des versions. Avec la KH de 1976, qui ne compte plus que 52 chevaux, on est bien loin du modèle d'origine. Il faut dire que la H1 a connu pas moins de 6 évolutions majeures au cours de ses 8 années d'existence. De bête féroce au départ on en arrive à un animal quasiment domestiqué au final. Ainsi les premiers modèles sont plutôt recherchés par les collectionneurs qui désirent posséder celui par qui naquit la légende, alors que le nostalgique désireux de rouler en moto d'époque aura avantage à choisir parmi les derniers sortis et donc plus civilisés. Aujourd'hui encore, la Mach III n'est pas dépassée par rapport à d'autres motos de la même année de fabrication. Ses défauts d'époque en font un modèle vraiment particulier et authentique.

Kawasaki a su également bâtir la légende en soignant la présence en compétition de la H1R. Très proche du modèle de série, 2ème au championnat du monde, derrière l'intouchable MV Agusta pilotée par Agostini, cette moto continue de faire rêver beaucoup de motards qui, aujourd'hui, veulent l'acquérir. A l'époque Kawasaki a eu du flaire en allant dénicher des pilotes assez talentueux et téméraires pour dominer toute la violence de cette moto. L'un d'entre eux est un certain Yvon Duhamel qui connaîtra par la suite et jusqu'à sa retraite, une carrière internationale exceptionnelle sous la bannière de cette marque, contribuant au succès des 3 cylindres 2 temps de Kawasaki.

Témoignage

Ce printemps 2011, je visionnais les annonces et j'ai vu ce Kawasaki 500 à vendre. Il semblait très propre. Cela faisait longtemps que j'avais envie d'une moto mythique comme celle-ci, 3 cylindres, 2 temps qui marche en h... Elle était tout près de chez moi, donc je communique avec le gars pour aller la voir. Quand il a enlevé la toile, wow, la moto était comme neuve, j'la veux, j'la veux! Ce gars avait importé la moto de la Louisiane deux ans auparavant d'un professionnel de la restauration, elle avait d'ailleurs gagné prix et trophée, il l'avait utilisé qu'environ 400 milles depuis son achat. J'ai roulé de 1000 à 2000 milles, ça marchait mais pas à se péter les bretelles! Puis lors d'une balade, le moteur, broutait, bourrait, et les performances diminuaient peu à peu, peut-être à cause d'un grand vent de face? Quelques jours Plus tard, sur le stationnement d'un commerce, je starte mon kawa sur la béquille, et je donne un bon coup de gaz ! J'ai alors vu sortir et rebondir quelque chose sur le sol, c'était un morceau de carbone, gros comme une bean... Arrivé à la maison, je défais les carottes des mufflers, ils étaient bourrés de carbone ce qui l'étouffait. J'ai tout nettoyé, remis de la laine neuve, et suis reparti l'essayer. Là, j'ai eu les performances auxquelles je m'attendais que j'ai toujours entendu dire, quelle machine infernale, c'est vraiment violent, maintenant ça marche, ça arrache, attache ta tuque ! ouf! Quel beau son que celui du 2 temps 3 cylindres ça grogne comme un tigre ( un gros ) et que ça sent don bon ! Les changements de vitesses se font tout en douceur, feeling incroyable. Elle est tellement maniable, elle prend bien les courbes, en plus elle a un look d'enfer, belle moto effilée, couleur sky blue métal flakes. Ses défauts, le moteur est très bruyant, on entend les « rings », car les ailettes du moteur de cette moto amplifient les sons. elle est aussi très pétrolivore, ça marche au gaz! Mais, j'en suis très fier, surtout quand les gens lèvent le pouce en me croisant en signe d'appréciations, ou quand j'arrête a une lumière rouge ils me disent ssti le beau bésick quelle année? Ceci me fait un petit velours !
- Jacques Poulin, Québec

Sur Internet

Patrick CARALP est un spécialiste du modèle. De 1994 à 2000 il fut président du H1 H2 club de France. Au tournant du millénaire il crée Mitik Moto, un magasin spécialisé dans les Kawasaki de 1967 à 1976, deux temps et 900 Z1: vente de motos restaurées (entièrement ou partiellement), pièces détachées et motos d'origines.

MITIK MOTO www.mitikmoto.fr.
e-mail : v.caralp@aliceadsl.fr

FICHE TECHNIQUE Kawasaki 500 Mach III 1969

ANNÉE DE PRODUCTION 1968 à 1976 (H1, H1B, H1D, H1E, H1F et KZ)
PAYS Japon
MOTEUR Trois-cylindres en ligne transversal deux-temps
CYLINDRÉE 498 cm3 (60X58,8)
RAPPORT VOLUMÉTRIQUE 6,8 à 1
PUISSANCE 60 ch à 7 500 tr/min
COUPLE 5,85 m.kg à 7 000 tr/min
CARBURATEUR 3 Mikuni Ø 28 mm
TRANSMISSION PRIMAIRE Pignons à taille droite
TRANSMISSION SECONDAIRE Chaîne à l'air libre
EMBRAYAGE Multidisque dans l'huile
BOÎTE DE VITESSES 5 rapports au pied gauche
CADRE Double-berceau tubulaire en acier
SUSPENSION AVANT Fourche télescopique hydraulique
SUSPENSION ARRIÈRE Oscillante avec combinés réglables en précontrainte
FREIN AVANT Tambour double came Ø 200 mm
FREIN ARRIÈRE Tambour simple-came Ø 180 mm
POIDS À SEC 85 Kg
VITESSE MAXI 200 km/h
CAPACITÉ DU RÉSERVOIR 16 L

Toutes les actualités & reportages