Reportages & articles

Vous êtes ici

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez nos promotions X

Cette semaine, dans nos villages: Saint-Charles-de-Bellechasse

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue à Saint-Charles-de-Bellechasse

La municipalité de Saint-Charles-de-Bellechasse est située sur la rive sud du Fleuve Saint-Laurent à une vingtaine de kilomètres de la ville de Québec.

La rivière Boyer la traverse dans toute sa longueur de l'est à l'ouest et fait la ligne de partage entre le rang nord et le rang sud. Un troisième rang appelé «de l'Hêtrière» en complète l'étendu et la borne au sud à la municipalité de Saint-Gervais, à l'est les rangs nord et sud voisinent la municipalité de Saint-Michel, le rang de l'Hêtrière voisine la municipalité de La Durantaye et à l'ouest nous retrouvons la municipalité de Saint-Henri.

Population: La population de Saint-Charles-de-Bellechasse compte actuellement une population d'un peu plus de 2 300 personnes dont la majorité habite dans le secteur urbain.

 

Principaux attraits:

Vin artisanal Le Ricaneux (Alcool de Petits fruits)
Vignoble Domaine Bel-Chas (Vignoble)

Saint-Charles-de-Bellechasse est une campagne fertile où les champs de fraises et de framboises font, l'été venu, le bonheur des amateurs. Le vin artisanal Le Ricaneux y est d'ailleurs fabriqué avec ces fruits ainsi qu'au Domaine Bel-Chas. L'église de style roman pur est une des seules en Amérique du Nord et fêtera bientôt ses 260 ans. Vous pouvez visiter son cimetière, l'un des rares cimetières emmurés de la région. Vous pourrez aussi remarquer que l'avenue Royale a toujours ses maisons orientées vers le soleil de 10 h, ce qui avait pour but, autrefois, de bénéficier du maximum d'ensoleillement et d'être protégé des vents violents et froids du nord. C'est un territoire qui a conservé sa vocation agricole et qui désire en assurer la pérennité en prenant les mesures nécessaires pour la protection de son environnement. À chaque année, des activités se déroulent sur le site du Parc riverain de la Boyer telles que le Symposium de Land Art qui débute la première fin de semaine de juillet

Armoirie

La signification des armoiries de Saint-Charles-de-Bellechasse

L'écu de couleur azur (bleu) est la partie centrale ou le bouclier dont la forme et la couleur représentent nos origines françaises, puisque notre territoire a été établi avant 1760.

Nous retrouvons sur l'écu un clocher d'église qui représente le rôle et la place de la religion dans notre milieu et aussi le fait qu'avant 1855, l'administration du territoire relevait de la Fabrique.

Les cors de chasse nous rappellent notre appartenance à Bellechasse.

Le crénelé représente l'industrie qui a été et qui est aujourd'hui ainsi que la présence d'une voie ferrée qui traverse la municipalité.

La bande ondulée de couleur sinople (vert) représente la rivière Boyer qui a été la première voie de communication et par où sont arrivés les premiers habitants.

Le cimier (au-dessus) de l'écu est constitué d'une couronne avec des gerbes de blé et des feuilles d'érable qui représentent l'agriculture, les moulins, l'acériculture et notre lien avec le gouvernement fédéral.

Le livre ouvert souligne l'importance que nous accordons à l'éducation dans notre milieu et le fait qu'il y a toujours eu de l'éducation gratuite à Saint-Charles-de-Bellechasse et ce, depuis le tout début.

Les deux cerfs nous rappellent que notre territoire a été détaché principalement de la seigneurie de Beaumont qui a dans ses armoiries un cerf qui lui a été concédé par la France. Il est aussi, depuis peu, l'emblème de la région de Chaudière-Appalaches.

Notre devise qui est : "Ce qui sera est déjà" peut se traduire par "nous avons déjà le potentiel pour assurer notre avenir".

Traits historiques
Ouvrons maintenant les archives pour y amener brièvement quelques traits historiques de la municipalité de Saint-Charles-de-Bellechasse. Elle est un démembrement de la municipalité de St-Étienne-de-Beaumont. On peut donc dire qu'elle est la fille de cette dernière. À partir de 1717, les premiers colons établis sur ce territoire dépendaient de Saint-Étienne-de-Beaumont. Le 10 avril 1713, MM. De Vaudreuil et Bégin concédaient à Sieur Charles Couillard fils, une augmentation d'une lieue et demie de profondeur en arrière de la Seigneurie de Beaumont, M. Couillard ne se pressa pas d'abord de concéder des terres dans cette augmentation. C'est surtout à partir de 1723 que l'augmentation de Beaumont commença à se peupler. Les terres y étaient bonnes et, en moins d'un quart de siècle, les habitants y étaient devenus assez nombreux pour former une nouvelle paroisse.

Le 6 août 1748, le seigneur Charles Couillard, pour contribuer et faciliter de bâtir une église pour l'utilité des habitants établis en des profondeurs des terres de la rivière Boyer, des seigneuries de Beaumont, Péan et la Martinière, pour procurer ainsi aux curés et missionnaires qui desserviront la nouvelle paroisse, les moyens d'y être établis selon qu'il leur convient et à leur état, donnait aux syndics de la paroisse qu'on voulait détacher de Beaumont un terrain d'un arpent de front sur 42 arpents de profondeur. Ce n'est que deux ans plus tard en 1749, que Mgr de Pontbriand, évêque de Québec, détacha une partie des seigneuries de Beaumont, Péan et de la Martinière de la municipalité de Saint-Étienne-de-Beaumont et érigea une nouvelle paroisse, lui donnant pour patron Saint-Charles Borromée, en l'honneur du seigneur Charles Couillard. Il est noter : «J'ai fini de desservir la rivière Boyer de Beaumont, le 4 novembre 1749 et M. Sarreau s'en est chargé et a pris possession de ladite paroisse qui a été érigée ce jour où on a chômé la fête de Saint Charles qui est le patron de ladite paroisse. Je l'ai servi 30 ans et six mois».

Toutes les actualités & reportages